This is News title sample dude go check it out

Annoncé publiquement par le Recteur lors du premier Conseil d’université de l’année 2019, le projet INDIGO  (Internationalisation et Développement des Indicateurs pour une meilleure Gouvernance de l’Enseignement Supérieur guinéen) est la suite d’un diagnostic établi en novembre 2018 par une mission de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sur les institutions d’enseignement supérieur guinéen : absence ou presque d’institutions de gouvernance,  insuffisance et inadaptation des infrastructures et équipements, insuffisance  de personnels qualifiés et compétents, insuffisance de ressources financières, effectifs pléthoriques, insuffisance de coopération interuniversitaire à l’interne comme à l’externe etc. C’est ce tableau peu reluisant qu’offre l’Enseignement supérieur guinéen. Du coup, la qualité moindre des formations entraineraient un faible taux d’employabilité des diplômés.

C’est pour remédier à ces problèmes que ce projet est né. Il regroupe six IES, trois guinéennes (Université Général Lansana Conté de Sonfonia, Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, Université Koffi Anan de Guinée), et trois européennes (Université de Liège (Belgique), Université européenne Viadrina de Frankford-sur-Oder (Allemagne), Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (France) au côté desquelles œuvrent le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et l’Autorité Nationale d’Assurance qualité (ANAQ). Le Ministère a partagé les ambitions du projet bien avant sa mise en place.  Depuis son arrivée à la tête du Ministère de l’Enseignement Supérieur M. Abdoulaye Yero Baldé a fait de la « qualité de l’enseignement » son cheval de bataille.

En dehors des trois institutions guinéennes susmentionnées, les IES comme l’Institut Supérieur Valery Giscard d’Einstein de Faranah, l’Institut Supérieur des Mines et de Géologie de Boké, l’Institut Supérieur des Sciences et de Médecine Vétérinaire de Dalaba, l’Institut Supérieur de Technologie de Mamou, celle de Boké, celle N’zérékoré, de Kankan, de Nongo Conakry etc. seront impactés. L’objectif général du projet est de soutenir la modernisation des universités guinéennes dans une transformation structurelle en matière de gouvernance et de démarche qualité à travers la définition et la construction de leur projet d’établissement.